Ray West : black panther, photo-reporter… et père de Kanye

Ray West n’est pas seulement le père de la superstar du rap Kanye West. Il est aussi un photo-reporter de talent et un témoin engagé du combat afro-américain pour l’égalité.

Le 15 avril 1970, Ray West a 20 ans. Intello est artiste – il aime le dessin et la photo – il est en rupture avec sa famille, majoritairement composée de militaires. Étudiant en première année à l’université de Newark (Delaware), il rejoint les Black Panthers, un mouvement révolutionnaire de libération afro-américaine. Ce 15 avril, il participe au vrai-faux procès du responsable des bâtiments D&E du campus. Selon le journal universitaire local The Review, ce dernier est accusé de « racisme, hypocrisie et trahison » pour avoir refusé l’entrée à des étudiants noirs.

Dans cette comédie de procès, Ray West joue le rôle d’avocat de la défense. Mais, malgré ses (maigres) efforts, son client est reconnu coupable puis condamné à mourir (symboliquement) sur le bûcher. Pour conclure, le “juge” Rob Gibbs, coiffé d’un bob et de lunettes noires, déclare le bâtiment libéré des « racist WASP pigs ». Une journée ordinaire sur un campus américain des années 70.

the review

Photo-reporter

À l’issue de ses études d’anthropologie et de sociologie, Ray West vend sa Honda CB-160 300 dollars pour s’offrir un appareil photo dernier cri, et part à l’aventure. Pour financer sa passion, il cumule 1 000 petits boulots. Une habitude qu’il gardera le reste de sa vie.

Une petite annonce dans le journal du campus...

Une petite annonce dans le journal du campus…

Lors d’une escale à Atlanta, en 1974, il rencontre Dondas Williams, une intellectuelle comme lui, prof d’anglais à l’université. Il décide de poser ses valises à Atlanta, la ville de Martin Luther King, et épouse Donda quelques mois à peine après leur rencontre. En effet, elle est enceinte. Et, dans l’Amérique de 1977, on ne badine pas avec ces choses-là !

Ray West se cherche un boulot stable et trouve une place de photo-reporter pour le Atlanta Constitution Journal (ACJ). À l’époque, ils ne sont que deux journalistes noirs à piger pour ce quotidien, pourtant libéral et de gauche.

Poursuivre sa passion

Mais 11 mois après la naissance de Kanye, le mariage précipité de Ray et de Donda bat de l’aile. Elle lui reproche d’être trop accaparé par son métier et trop peu présent pour son fils. « Je pensais que ces photos étaient importantes », expliquera-t-il, en 2014, dans un reportage réalisé par la chaîne VH1. Le couple se sépare en bons termes (il n’officialisera le divorce que deux ans plus tard).

Elle rejoint Chicago avec son fils où l’attend une place de prof d’anglais à la Chicago State University – même si ce salaire ne suffira pas à payer toutes les factures et l’obligera à prendre d’autres petits boulots. Ray, lui, verra son fils Kanye pendant les grandes vacances.

mariage de Ray West (photo enjaquette de l'abum Life of Pablo

Mariage de Ray West (photo en jaquette de l’abum Life of Pablo)

Il est ainsi libre de poursuivre sa carrière au sein de l’Atlanta Constitution Journal (ACJ). Jusqu’à la fin de l’année 1983, il sera, notamment, témoin du combat des Afro-Américains pour l’égalité. En effet, parmi ses photos, on trouve des portraits de la poétesse Maya Angelou, du sénateur Horace Tate (le premier Afro-Américain à obtenir un doctorat de l’Université du  Kentucky et un politique proche des présidents Nixon et Carter), du révérend Ralph David Abernathy (pasteur militant des droits civiques et meilleur ami de Martin Luther King) et d’Ollivette Allison (fondatrice de la Steele Pitts Home, un orphelinat d’Atlanta).

Une de ses plus belles photos est celle de Dorothy Longstreet, une femme de ménage au chômage. Dans la légende de la photo, elle raconte son histoire : “Les temps sont terribles. J’ai toujours bossé cinq jours par semaine, neuf heures par jour, pour 5 $ la journée. Mais depuis que le gouvernement a obligé les gens à payer les femmes de ménage 2,65 $ de l’heure (23,85 $ par jour), y a juste plus de travail pour nous !” Nous sommes en 1978.

Mille métiers, mille misères

De ses étés à Atlanta, Kanye se souvient « qu’il il y avait une chambre noire à la maison ». Brenda Bentley, la compagne de Ray à l’époque, se rappelle voir le père et le fils éplucher l’ACJ « à la recherche d’activités dans les musées, les galeries d’art, les festivals ».

Mais, en 1983, la crise économique oblige Ray à jouer les paparazzi pour joindre les deux bouts. Un temps, le père de Kanye West vendra même des aspirateurs en porte-à-porte. « Je me souviens, a confié le rappeur au magazine de psychologie Complexe, qu’il montrait aux gens à quel point l’aspirateur était puissant en posant une pièce sur le sol et puis pop!, l’aspirateur avalait la pièce, qui ressortait pliée ! Il m’emmena une fois lors d’une tournée de vente. Dans la coffre de la voiture, il y avait des aspirateurs. Ce jour-là, dans une montée, la voiture s’est arrêtée… Panne d’essence. Je l’entends encore dire : “Oh non, non, pas aujourd’hui !» Des temps difficiles que le rappeur évoque dans sa chanson Father stretch my hands.  « Mon père disait : “Quand tu vois des fringues, ferme les yeux”. »

Selfies

Finalement, Ray West abandonne le journalisme en 1984, pour déménager à Washington D.C., où il sera, tour à tour, illustrateur de revues médicales, directeur d’une clinique psychiatrique, professeur de sociologie et même conseiller conjugal chrétien.

Lire aussi : Elisabeth Warren, l’anti-Trump qui vise la Maison Blanche

Aujourd’hui, à 68 ans, Ray Waste reste cependant un journaliste dans l’âme, capable de s’installer dans un foyer de SDF pour voir l’ampleur du problème de la toxicomanie de ses propres yeux. Il a même passé quelques temps en République dominicaine, pour participer au démantèlement de filière de prostitution locale.

Ray reste aussi un photographe, qui avoue détester par-dessus tout… les selfies. Un comble pour le père d’une des stars mondiales les plus suivies sur Instagram !

Jacques Tiberi