Freddie Mercury : l’enfance d’un Parsi, bohémien d’Orient

Farrokh Bulsara, alias Freddie Mercury, est issu d’une famille de Parsis d’Iran, réfugiés en Inde après des persécutions religieuses. Retour sur l’enfance du chanteur de Queen dans un environnement zoroastrien.

Le chanteur a souvent été considéré comme un fils d’immigrés indien ou pakistanais. À tort. Les origines de Freddie Mercury se trouvent, en réalité, du côté de l’Iran et de sa communauté parsie : des adeptes du zoroastrisme (une religion monothéiste), autrefois persécutés au nom de leur croyance. Un culte et une culture dont la philosophie a profondément marqué la personnalité et l’œuvre du cofondateur de Queen.

Dans le biopic Bohemian Rhapsody, sorti à l’automne 2018, le père de Freddie Mercury, Bomi Bulsara, répète à plusieurs reprises une sorte de devise : « Bonne pensée, bonne parole, bonnes actions. » Des mots qui sont la traduction des trois valeurs clé de la religion zoroastrienne : humata, hukhta, huvarshka. Les trois voix de l’harmonie et de la sagesse.

C’est dans ce culte antique, né vers 1200 av. J.-C., que Farrokh Bulsara, le vrai nom de Freddie Mercury, a été élevé. Une religion monothéiste puissante en Perse. Mais dont les adeptes ont été persécutés par les musulmans, à partir du VIIème siècle après Jésus-Christ. Profondément pacifistes, les zoroastriens ont préféré fuir l’Iran pour rejoindre l’Inde voisine, où ils ont trouvé refuge, sous le nom de Parsis – traduction de Perse en hindou – laissant derrière eux de magnifiques temples, dont les derniers vestiges se trouvent notamment au Louvre, à travers le décor de briques à glaçures du palais de Darius Ier, disciple des préceptes de Zoroastre. Aujourd’hui, la communauté parsie compte moins de 70 000 membres dans le monde et continue de décroître. Comment se fait-il qu’une des religions les plus anciennes du monde – et qui aurait inspiré tous les autres monothéismes – ait ainsi quasiment disparue ?

Lire aussi : Rosalia, la chanteuse qui porte les nouvelles couleurs du flamenco

Freddie Mercury and the Hectics 1958, Circa

Freddie Mercury and the Hectics 1958 / photo @Circa

Une pincée de sucre

Pour le comprendre, il faut remonter jusqu’en 651 après Jésus-Christ. Ayant fui la Perse, la communauté zoroastrienne vient demander asile au roi indien Jadhav Rama. Celui-ci accepte à une condition. Que les Parsis ne convertissent aucun de ses sujets à leur religion. Selon la légende, lorsque les zoroastriens arrivent dans la province indienne du Gujarat pour y chercher refuge, le roi fait envoyer à leurs représentants un verre de lait plein. C’est une façon de leur signifier que son royaume est déjà suffisamment peuplé. En réponse, les réfugiés se contentent d’ajouter une pincée de sucre dans le verre. Et le rendent au roi, promettant que, comme le sucre fond dans le lait, ils peuvent parfaitement s’intégrer à son royaume.

En acceptant les conditions du roi indien, les Parsis se condamnent ainsi à vivre en marge de la population, repliés sur eux-mêmes, dans la volonté de préserver les traditions et les rites originels de la religion, et notamment la langue dans laquelle est écrite leur livre sacré, le zend.

Vivons discrets…

Une légende qui nous permet de comprendre les liens unissant le futur Freddie avec ses parents, croyants. Le zoroastrisme a eu une influence considérable sur la vie du musicien. Puisque que la religion zoroastrienne ne se transmet que du père à son enfant, il était très difficile pour Freddie Mercury de dévoiler son homosexualité à ses parents… qui voyaient aussi en leur fils le père de futurs membres d’une diaspora de moins en moins nombreuse. En effet, comme il est interdit aux Parsis de convertir des étrangers à leur culte, ils ne peuvent compter que sur leurs enfants pour renouveler la communauté des fidèles.

Ceci pourrait d’ailleurs expliquer pourquoi Farrokh a assez longtemps caché son orientation sexuelle à ses proches, s’agrippant si longtemps à son vrai-faux couple avec Mary Austin. On imagine aussi combien son statut d’unique héritier mâle de la famille (il a une sœur, Kashmira) a dû peser sur ses épaules, lui qui entretenait une relation compliquée avec son père, très conservateur.

Spiritualité

Parce qu’elle est restée à la fois dans est hors de la société indienne, la communauté parsie est par ailleurs parfois la cible d’attaques xénophobes. Un rejet dont la famille Bulsara a été victime. Haut fonctionnaire, le père de Freddie a été envoyé par le gouvernement indien dans la colonie africaine de Zanzibar (aujourd’hui, la Tanzanie). C’est dans une villa d’un quartier cossu de la capitale que naît le petit Farouk en 1946. Il sera élevé par sa mère Jer et des nourrices africaines. “Il suffisait que je tente de la main pour qu’un verre de jus d’orange arrive naturellement”, se souviendra plus tard le chanteur.

Pendant les huit premières années de sa vie, le futur rockeur reçoit l’éducation des fils de bonnes familles de Zanzibar, apprenant le piano classique et notamment des airs indiens, dont sont inspirées les premières notes de la fameuse chanson Bohemian Rhapsody. Il sera aussi élevé dans la religion zoroastrienne, dont les préceptes vont fortement marquer sa personnalité.

Le Yasna, la “bible” écrite par le prophète Zaratoustra, est majoritairement constitué d’hymnes : des champs liturgiques à la gloire de la divinité Ahura Mazda, symbole de vérité et d’harmonie, incarnée dans la lumière du feu et du soleil. Mazda combat les forces des ténèbres menées par l’esprit malin Angra Mainyu et son serpent maléfique Aziz Dahaka. On retrouve ici la dualité bien-mal, ainsi que les figures de satan et du serpent qui fondent les traditions judéo-chrétiennes et bouddhistes.

Rêves

Au cœur de cette religion millénaire se trouve « la flamme, âme de chaque individu, nourrie par les bonnes pensées et éteinte par la violence, explique au Zéphyr le Docteur Ramiyar Parvez Karanjia, théologien zoroastrien au Dadar Athornan Institute de Bombay. Ne ratez jamais une occasion de faire une bonne action. Soyez joyeux et riez autant que possible ! Tel est l’enseignement de Zoroastre », poursuit-il.

Un perpétuel appel à la joie, dont Freddie Mercury, bien connu pour son humour et son sens de la fête, saura être le digne représentant. « Je pense que sa foi dans le zoroastrisme l’a beaucoup marquée, confirme sa sœur Kashmir Cook, dans une interview au Times en 2014. Elle lui a appris à tout faire pour réaliser ses rêves. » Une philosophie de vie qui correspond tout à fait à la croyance zoroastrienne. Celle-ci est basée sur la réalisation de soi dans le monde présent et non après la mort. La vie trépidante et multicolore du leader de Queen a été une parfaite mise en œuvre de ces préceptes ! Une spiritualité à laquelle Mercury a voulu rendre hommage en composant le tube The Prophet’s Song (1975) dont les paroles sont directement inspirées des textes liturgiques zoroastriens.

Parsi, pas Paki !

À huit ans, Farouk est envoyé à Bombay, dans le très british pensionnat de St-Peter’s. Là, il se libère un peu de la pression familiale et s’adonne à sa passion du piano, fondant son premier groupe de musique : The Hectics. Ses camarades anglophones le surnomment alors Freddie. C’est un surnom qu’il va adopter. Selon le biopic Bohemian Rhapsody, ce changement de nom exprime son désir de faire oublier ses origines. Mais, en réalité, « Freddie était un Parsi, et il en était fier », explique sa mère Jer, dans les colonnes de Newsweek. Ce que fuit le chanteur, en changeant de patronyme, est avant tout l’étiquette de “Paki” que lui collent les Anglais.

Débarqué en 1964 de Zanzibar, chassés par les indépendantistes africains, les Bulsara ont été assimilés à des immigrants indiens ou pakistanais, nombreux dans la petite ville de Feltham où il se sont installés. Fatigué d’entendre les autres le qualifier de Paki en entendant son nom à consonance indienne, fatigué, surtout, de répéter qu’il n’est pas indien mais persan, Farrokh décide de changer définitivement de patronyme. Et se fait appeler Freddie Mercury. Une façon, aussi, de se fondre dans la masse, comme… le sucre fond dans le lait. Il vient alors d’obtenir son diplôme de l’université des beaux-arts Isleworth Polytechnic – dont est également sorti David Bowie. Et se prépare à entrer dans la vie professionnelle.

Loin de renier ses origines, Freddie Mercury s’est profondément inspiré des traditions culturelles parsies. Et ce, pour construire sa personnalité et son œuvre. Il reste aujourd’hui le plus célèbre représentants de cette discrète diaspora et de sa religion, qui disparaît petit à petit…

Jacques Tiberi