Mouts : “La parenthèse du voyage ne se referme jamais”

S'il vous inspire, partagez ce contenu surShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePin on PinterestPrint this page

Guillaume Mouton, alias Mouts, est un baroudeur qui parcourt les routes d’Europe sans argent, portable, ni vêtement. Avec son ami Nans Thomassey, il forme le duo Nus et Culottés dont l’émission, sur France 5, retrace leurs rencontres et leurs aventures, des manoirs hantés en Écosse jusqu’au sommet de l’Etna en Sicile. Le Zéphyr l’a rencontré. Mouts se livre sur un plateau et dévoile les apprentissages tirés de ses voyages. À table !

Il porte un poncho. Lui, qui avec son pote Nans Thomassey arpente les routes d’Europe dans son plus simple appareil, sans un sous en poche mais toujours un sourire aux lèvres, porte des vêtements. À sa taille. Guillaume Mouton, alias Mouts, aventurier au grand cœur, explorateur des comportements humains et co-créateur de l’émission de télévision Nus et Culottés diffusée sur France 5, n’est finalement pas si différent de nous. « Sur la route, la rencontre des autres questionne nos vies », déclare simplement Mouts, de sa voix douce comme le soleil timide de l’hiver bordelais. C’est précisément parce qu’il a questionné la mienne que je me trouve en face de lui, un thé à la menthe entre les mains. « Plus jeune, quand j’ai commencé à faire du stop, je voulais vivre la vie de tous ceux qui me ramassaient au bord de la route. Lorsque je rencontrais un boulanger, je voulais devenir boulanger. Une rencontre avec un militaire ? C’est par où, l’armée ? J’étais une vraie éponge », se souvient-il, du haut de ses 31 ans.

Pendant nos voyages avec Nans, je rencontre les gens dans un “cœur à cœur”, sans filtre ni fond de teint : ils me renvoient mon propre reflet », explique-t-il. Depuis, les deux potes collectionnent les rencontres, comme deux gamins sur la plage, émerveillés devant des coquillages colorés.Certaines, plus signifiantes, surnagent au dessus des flots de sa mémoire : « Lorsqu’on était en Corse, on a été hébergé par un meurtrier, qui nous a avoué avoir fait 15 ans de taule. Aujourd’hui, il pouvait se regarder dans la glace et dire : « Je suis beau. » J’étais soufflé. Et je me suis demandé : « Suis-je OK, moi, avec mes petits mensonges, mes fautes, mes blessures ? » Il y a du boulot », avoue-t-il, le sourire mi-amusé, mi-coupable. Avec l’âge, Mouts a tourné le dos au pétrin et à l’armée, mais pas à la route : au contraire, c’est elle qui a forgé son identité ; sur les routes d’Amérique latine, tout d’abord. Mouts les a parcourues, accompagné de sa copine pendant 6 mois, dans un road trip à la recherche de solutions durables et écoresponsables. De cette expérience, il en tire un bouquin, Eco-América (Georama, 2013), et une certitude : continuer sur la route. Cette fois-ci, ce sera avec son ami Nans. Les deux aventuriers sans-culotte se sont rencontrés pendant leurs études d’ingénieur à l’INSA de Toulouse.

Rompre avec le quotidien

 

C’est après leur formation, en 2012, que germe une idée farfelue – rejoindre Paris et remonter les Champs-Elysées, un costume sur le dos, au volant d’une limousine rose. Partir sans argent ? Trop facile. Sans portable ? Allez. Et pourquoi pas partir tout nus ? C’est parti ! L’idée de Nus et Culottés  était née. Restait à trouver un canal de diffusion. Des multiples bouteilles jetées à la mer, une arrive à destination : France 5 propose un rendez-vous. Rencontre à laquelle les deux compères décideront de se rendre … à poil, un pagne végétal autour de la taille. Amusés par leur culot et charmés par leur projet, France 5 dit oui. L’aventure peut commencer.

 

« Nans et moi, on commence notre voyage à poil – et on le conclut tout nu. Pour nous, cette symbolique est puissante : on boucle la boucle, et on ferme la parenthèse que l’on a ouverte en débutant notre voyage », admet le voyageur originaire de Chaumont en Haute-Marne, de sa voix calme. Toute bonne chose a une fin. Même les voyages de Mouts. Pour ce dernier, la rupture avec le quotidien doit être totale, s’il veut tirer des apprentissages de son éloignement. Profitant d’un instant où je me plonge dans mes pensées, il file la sienne : « Je ne l’avais jamais vraiment formulé, mais faire l’expérience de cette parenthèse du voyage est nécessaire pour m’imprégner de ce que je rencontre. C’est dans cet espace, sans argent, dans le plus complet dénuement que je me nourris vraiment de l’instant présent. » Et ponctue sa réflexion d’un large geste d’ouverture en direction de la foule qui fourmille entre les curiosités du marché aux puces place Meynard.

Laisser la parenthèse ouverte

Mais voilà, une fois son poncho sur le dos, Mouts la referme, cette parenthèse du voyage. Le quotidien, accompagné de sa cohorte de contraintes, est de retour. À quoi bon la laisser ouverte et revivre une expérience désormais révolue ? Pour le vagabond volontaire, c’est là qu’un danger apparaît, sournois : l’oubli, qui menace de reléguer le voyage vécu au rang de chimère. « Le plus gros risque auquel je suis confronté, lors du retour à la maison, c’est l’amnésie : depuis le début de Nus et Culottés, je m’efforce de rester poreux aux sensations et aux sentiments traversés pendant nos aventures », explique-t-il. À ce moment là de notre conversation, je sens que l’on arrive au cœur du sujet. En dépit des apparences, le voyage ne se terminerait jamais vraiment. Pour celui qui sait se souvenir, ses effets sur le quotidien seraient donc profondément bénéfiques.

L’homme tranquille qui se trouve en face de moi en est la preuve : « C’est pendant l’épisode Objectif Pyrénées que j’ai eu cette révélation : notre richesse, c’est notre corps. Sa capacité à récupérer, à s’endormir, à détaler pour rattraper une voiture prête à nous prendre en stop », énumère-t-il, enthousiaste. Depuis le début de son aventure, Mouts s’est remis au sport, est devenu végétarien, et ne boit même plus d’alcool. Il l’explique, avec les mots imagés du baroudeur habitué à la route : « Mon corps, c’est mon véhicule. Et il faut faire gaffe au carburant qu’on y met, si on veut qu’il nous emmène loin. »

Cerise sur le cadeau

Pour Mouts, le voyage est donc un apprentissage. Et celui-ci a un coût – non monnayable, bien sûr. « Pour pouvoir profiter pleinement de notre quotidien une fois de retour au bercail, il faut sortir de sa zone de confort, se mettre en position de handicap lors du temps du voyage. Pendant Objectif Mont Aiguille, par exemple, on avait décidé avec Nans de manger dans le noir, et de faire du stop sans décrocher un mot du trajet ! » Autant de décisions qui permettent à l’aventurier d’avancer lentement vers son objectif et de tisser sa philosophie du bonheur : « À chaque fois que je prends une décision, je me demande si mes choix me rendent heureux. Si ce n’est pas le cas, alors ciao, je me barre », affirme-t-il.

Et de poursuivre en s’emmêlant les mots dans un plaisant lapsus : « La cerise sur le cadeau… Enfin, sur le gâteau… Bref, l’objectif est de s’aimer soi-même pleinement, pour redistribuer cette ressource autour de soi, à notre famille, aux gens que l’on rencontre … Avant de repartir sur la route ! » La boucle est ainsi bouclée. Et nos verres de thé presque vides. Alors que Mouts rajuste son poncho et s’apprête à tracer sa route, je le retiens avec une question : «Et dans toutes tes aventures, il y a bien quelque chose que tu regrettes, non ? » Il rit, avant de répondre avec le calme d’un sage bouddhiste : « Lorsque je fais un pas de côté et me regarde, je prends conscience que je kiffe ma vie. Je peux mourir aujourd’hui, et n’aurai qu’un mot : merci. Merci de m’avoir permis de vivre tout cela, je ne retire rien. » Parole d’homme paisible. ♦Logo-rosace

Compère de Mouts dans Nus et culottés, Nans revient sur le devant de la scène avec un film documentaire qui s’annonce poignant. “Et je choisis de vivre” raconte le voyage initiatique d’une jeune femme confrontée au deuil. La thématique vous intéresse ? Vous pouvez soutenir le projet.

 
À LIRE AUSSI  : les derniers articles de la rubrique

appel-abo


S'il vous inspire, partagez ce contenu surShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePin on PinterestPrint this page

A propos de Jérémie Vaudaux

Jérémie rêve. A sa prochaine destination. Au livre qu'il écrira demain. Aux rencontres qu'il a faites hier. A son repas de midi. A la soirée qui s'annonce. A son lit qui l'appelle. Et quand il a les deux yeux ouverts, il fait ses études de journalisme à Bordeaux, prend des photos et rédige des articles sur les sujets qui lui tiennent à cœur. Le voyage, la psytrance, l'écologie et les gens qui font bouger les lignes et pensent différemment.