Lucien Chardon

Le Feuilleton #1 du Zéphyr

Les épisodes : 

L’arrivée
Esther
Laura & les trois fantastiques
Dyonisos
Compte-rendu
Retour aux sources
Le sommeil
L’amitié
Le retour du bâton
La fuite
Les adieux
La renaissance

Tout démarre ainsi :

Lucien Chardon, mèche savamment retombée sur l’œil droit, voit de l’œil gauche ses parents lui faire de grands signes à travers la vitre du train. Train qui le mène vers la vie, la grande vie, la vraie. Celle où tout est possible, où il va tout manger, tout boire, tout dévorer, tout vomir et tout remanger. D’ailleurs il a tellement faim de tout : de livres, de fric, de filles nues, de filles habillées, de potes, de défonce. Il est prêt à tout tenter, tout voir, tout combattre.

Il sent son talent, son audace, sa rage : tout ça le consume. Dans sa chambre d’ado, son poster de Frédéric Beigbeder lui parle, la nuit. “Tu es mon fils spirituel, tu vas devenir comme moi : romancier, réalisateur de film, journaliste, patron d’un journal de femmes nues, fêtard, queutard, amoureux, mondain, célèbre, cocaïnomane.” Voilà le rêve de Lucien, le succès. Dans sa chambre d’ado, entre Sopalin et game over, tout le pousse vers cette gloire qu’il pense belle et gagnée d’avance. Il se rêve boire une coupe tout près d’une star de la télé, chroniqueuse, hardeuse, blogueuse. Il se voit pendu au téléphone avec des producteurs de cinéma le harcelant pour qu’il écrive un film, qu’il le réalise, qu’il devienne acteur : tout est possible dans le rêve de Lucien. Et tout est à construire… Parce qu’il n’est le fils de personne, le frère de rien, simplement le très vague cousin éloigné d’un journaliste à BFM TV qui doit le prendre en stage.

(Extrait de l’épisode 1)

appel-abo

À lire aussi : 

Le Feuilleton #2 (Celui qui marche)

Le Feuilleton #3 (La veillée de Noël)